WEB2007 ALSO SPEAKS ENGLISH
06 44 00 14 84 (ou 0033644001484)

Vous êtes à la recherche de : Creation Plaquette Brive-la-Gaillarde


Web2007 peut collaborer avec des entreprise partout en France.
Pour gagner du temps et en efficacité, Web2007 évite au maximum les déplacements et favorise la nouvelle technologie : vidéo conférence (exemple Skpye), téléphone, séance par partage d'écran, etc...
Donc même à distance, cette nouvelle technologie nous permet d'être juste à coté et de se voir, bienvenue dans le monde du futur !

Creation Plaquette Brive-la-Gaillarde


APPELEZ NOUS : 0644001484


Article:

En informatique, NoSQL (Not only SQL en anglais) explique une catégorie de systèmes de gestion de base de données (SGBD) qui n'est plus fondée sur l'architecture classique des bases relationnelles. L'unité logique n'y est plus la table, et les données ne sont en général pas manipulées avec SQL.
À l'origine, servant à préférer des bases de données géantes pour des sites web de très grande audience tels que Google, Amazon.com, Facebook ou eBay1, le NoSQL s'est aussi étendu par le bas après 2010. Il renonce aux fonctionnalités classiques des SGBD relationnels au profit de la simplicité. Les performances restent bonnes avec la montée en charge (scalabilité) en multipliant simplement le nombre de serveurs, solution logique avec la baisse des coûts, en particulier si les revenus croissent en même temps que l'activité2. Les systèmes géants sont les premiers concernés : énorme quantité de données3, structuration relationnelle faible (ou de moindre importance que la capacité d'accès très rapide, quitte à multiplier les serveurs). Un modèle typique en NoSQL est le système clé-valeur, avec une base de données pouvant se résumer topologiquement à un simple tableau associatif unidimensionnel avec des millions — voire des milliards — d'entrées. Parmi les applications typiques, on rencontre des analyses temps-réel, statistiques, du stockage de logs (journaux), etc.
De grands acteurs d'Internet, notamment Google (BigTable), Amazon (Dynamo (en)), LinkedIn (Project Voldemort), Facebook (Cassandra Project puis HBase), SourceForge.net (MongoDB), Ubuntu One (CouchDB), etc., créent et exploitent des bases de données de type NoSQL. D'autres acteurs plus modestes sont à l'origine de grands succès, notamment dans le domaine des stockages clé-valeur (Redis…). Une proportion importante de ces projets est open source et sous licence libre.
La rencontre meetupNoSQL de San Francisco du 11 juin 2009 a été spécialement intéressante pour le développement de cette tendance. Plus de 100 développeurs de logiciels ont assisté à des présentations de solutions telles que Project Voldemort, Cassandra Project, Dynomite, HBase, Hypertable, CouchDB et MongoDB. Le concept du NoSQL avait pourtant déjà une bonne décennie d'ancienneté.
L'expression NoSQL, la plupart du temps commentée comme Not Only SQL4, a été utilisée pour la première fois en 19985. Elle est pourtant visuellement la combinaison de non et de SQL, ce qui peut faire croire que cette technologie est contre SQL, langage ordinaire de manipulation des données. Selon ShashankTiwari dans son livre Professional NoSQL, « les auteurs de ce néologisme ont probablement voulu signifier non-relationnel, mais ont préféré le mot NoSQL parce qu'il sonne mieux » que, par exemple, NoREL. Le mot est aujourd'hui utilisé comme terme générique pour tous les SGBD et les logiciels de stockage de données qui ne suivent pas les principes classiques des SGBD relationnels, objets ou hiérarchiques.